Il est quelle heure?

Sylvain dort.  Moi… non.

Depuis un certain temps je suis  perdue dans le temps et même l’espace dans une certaine mesure.

Avion, hôtel impersonnel, aéroport.  C’est un peu comme vivre dans une parenthèse intemporelle.  On mange, on essaye de dormir et on se déplace.  Étrangement, il y a une joie un peu morbide à se trouver dans cette zone d’inconfort.

Parlant de manger, j’ai hâte qu’il se réveille le loir.  Ce qu’il vient tout juste de faire.  Je vais commencer à croire que mes désirs ont une puissance magique.

A plus tard.

sol.

 

 

 

Commentaires (3)

Franc6 novembre 2011 à 4:22

Effet Solange =>
– observation 1; Sylvain délègue à Solange le réveil
– observation 2; Sylvain devra manger à des heures plus régulières

À suivre… 🙂

PG Luneau6 novembre 2011 à 6:56

Wow!!! On voit tout de suite la différence dans le ton, dans la profondeur et dans le style des billets!! Je sens que l’effet Solange se fera bellement sentir, ceci dit sans vouloir offenser ta plume ni tes 93 premiers billets, mon cher Sylvain!!

Marie-France6 novembre 2011 à 9:43

Il est tard mon amie. Ou tôt. Dans l’intemporel le temps est abstrait 🙂

Je suis contente de te “suivre”.

Contente que tu écrives, de te lire, de te savoir.

Un petit bonjour pour le “loir” également.

Laisser un commentaire

Votre commentaire


« «
» »